Les mots me fuient, l'envie aussi

les jours passent, drainant leur cortège de contrariétés et de petits bonheurs

les pages restent blanches, ma mémoire se refuse à les enregistrer

l'été qui s'achève (et me voilà avec la voix de Rock Voisine en tête, j'en ai pour la nuit là) sans avoir commencé

pourtant, tout n'a pas été morose

des rires d'enfants il y a eu, des anniversaires fêtés, des amis invités

des moments de douceur et de joie, comme des rayons de soleil qui déchirent les nuages

mais tant de larmes versées,au diapason du ciel gris

tant de peine contenue

il manque à ce blog les photos des anniversaires, celles d'une sortie au parc, des enfants qui jouent, des petits chiens de Cachou (oui, encore), il manque les moments de complicité entre grands et petits, il manque les arbres abattus par Théo, les gâteaux de Salomé

il manque le récit de nos combats

il manque nos petites victoires sur l'injustice, victoires au gout amer des luttes que nous n'aurions pas dû avoir à mener

il manque le bilan de l'année scolaire achevée

celui de la rentrée

il manque l'envie d'écrire, aussi.